Version française

As an eclectic pianist, my musical interests encompass a variety of approaches, styles, and periods of both repertoire and keyboard instruments. I started my musical education with the piano and later specialized in fortepiano performance practice and keyboards from the 18th- and early 19th centuries. In conjunction with my ‘’classical’’ education, I have enjoyed developing my own musical ideas with improvisation, jazz and the research of my own language.

PIANO

I built up my pianistic basis with François-Michel Rignol at the Conservatory of my home town Perpignan in the south of France. In addition to opening my artistic horizons bringing me a large musical panorama, this institution offered me my first significant musical experiences. I subsequently left for Paris to study with Françoise Thinat at the École Normale. Two years later I entered the class of Denis Pascal at the Conservatory in Rueil-Malmaison next to Paris, a definitive experience in the course of my pianistic development.

I then choose to leave France in order to explore other cultures and approaches. This led to studies at the Utrecht Conservatory in the Netherlands with Paolo Giacometti and, through an Erasmus exchange, at the Liszt Academy in Budapest with Professor Lantos.

FORTEPIANO

Upon completing my Master of Piano at the Utrecht Conservatory, I developed an interest in the sonic richness of keyboards from the 18th- and early 19th centuries, the period that witnessed the birth and subsequent development of the piano. I elected to explore fortepiano performance practice at the Royal Conservatory of the Hague with Bart van Oort.

Concurrently I participated regularly in professional development courses through the Royaumont Foundation. These experiences would determine the course of my ensuing musical projects. Thanks to musicologist Hervé Audéon and Pierre Goy, I became acquainted with forgotten french repertoire from the Classical era as well as with the manufacturing history of the french fortepiano. These subjects would form the foundation of the artistic research component of my second master's degree in The Hague Conservatory. In 2012 I completed my thesis "Sonatas with trio accompaniment (violin, violoncello) in France between the Revolution and the end of the First Empire."  My work on French music from this period was honored with the first prize in music from the Royaumont Foundation and the Swiss Embassy in France in 2013.  

Bringing the public to discover and listen to lesser-known composers like, among others, the Jadin's Brothers, George Onslow, Daniel Steibelt, Hélène de Montgeroult, Marie Bigot, Ignaze Ladurner and this forgotten French classical repertoire is my main goal now.

​​

IMPROVISATION AND BRIDGES

The discovery of improvisation and improvised music at age 15, when I entered the jazz department at the Conservatory in Perpignan, was a decisive moment in the course of my musical and pianistic development. Freedom, experimentation, creation, and interaction with musical material allowed me to approach music from another angle that complemented my direction up to that point, namely notation-based practice.

I continue to explore this complementary approach, which has significantly enriched my interpretation by providing a more direct and vital connection with the musical language.

Serge Lazarevich and Philippe Léoger guided me in this pursuit. Working with Fabrizio Cassol and Magic Malik at the Royaumont Abbey in the “Transcultural projects“ greatly inspired me and gives me keys to open new doors. These experiences and collaborations have confirmed my desire to create exchanges between cultures, styles, and different musical approaches in order to forge a music enriched through these diverse influences.

 

Version française

Pianiste aimant naviguer dans différents univers musicaux, je me suis intéressée très tôt à diverses approches musicales, styles et  instruments à clavier. J'ai commencé mes études musicales avec le piano pour me spécialiser ensuite dans ‘’l’interprétation historiquement informée’’ du pianoforte et les claviers du XVIIIe et du début du XIXe. A l’adolescence, je me suis également orientée vers l’improvisation dans un premier temps à travers le jazz.  En plus de continuer à approfondir ces domaines respectifs dans leurs spécificités, je cherche actuellement à décloisonner et fusionner ces styles tout en développant mon propre langage riche de toutes ces influences.

Parcours


J'ai bâti mes bases pianistiques avec François-Michel Rignol au CRR de Perpignan,  ma ville natale. Cette institution m'a offert mes premières expériences musicales significatives et un large panorama musical. A l’adolescence je m’oriente en parallèle de mon cursus classique vers le jazz et l’improvisation. Liberté et interaction avec la matière sonore dans l’instant ont nourri et ouvert mon approche jusque-là très écrite. Serge Lazarevitch, alors directeur du département de jazz en a été le précurseur avec Philippe Léoger.

Je suis ensuite partie à Paris pour étudier avec Françoise Thinat à l'École Normale. Deux ans plus tard, je rejoignais la classe de Denis Pascal au CRR de Rueil-Malmaison, près de Paris, une rencontre décisive pour mon développement pianistique et musical.

Puis j'ai choisi de quitter la France pour explorer d'autres cultures et approches. Cela m’a menée à des études au Conservatoire Supérieur d'Utrecht aux Pays-Bas avec Paolo Giacometti et, par le biais d'un échange Erasmus, à l'Académie Liszt à Budapest avec le professeur Lantos.

Piano-forte

 

C’est en cherchant à comprendre au plus près le langage des compositeurs à la naissance et pendant le développement du piano, que je découvre le piano-forte. Alors que je termine un Master de piano au Conservatoire Supérieur d’Utrecht aux Pays-Bas, la richesse sonore des instruments à clavier qui se côtoyaient à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle me fascine.

Je décide d’approfondir la pratique du piano-forte au Conservatoire Royal de la Haye auprès de Bart van Oort. Dans le même temps, je participe régulièrement aux formations professionnelles de l’Abbaye de Royaumont. Ces expériences déterminent la suite de mes projets musicaux. Grâce au musicologue Hervé Audéon et à Pierre Goy, je m’initie au répertoire français oublié de la période classique ainsi qu’à la facture française du piano-forte. Cela deviendra le sujet de recherche de ce second Master. Je rédige en 2012 un mémoire sur “Les sonates avec accompagnement en trio (violon et violoncelle) en France entre la révolution et la fin du premier Empire”.

Je m’investis depuis pour faire découvrir ces compositeurs et compositrices méconnus.

J’ai particulièrement orienté ma recherche ces dernières temps vers les compositrices de cette époque : Hélène de Montgeroult, Marie Bigot, Julie Candeille, Mme Defossez, Mme de Villeblanche, Joséphine Lorenziti entre autres. Ces femmes, pour la plupart inconnues et oubliées de nos jours, ont tenu un rôle primordial dans la vie musicale de l’époque et elles sont les auteures d’une musique de grande qualité. Leurs œuvres méritent leur place dans notre histoire musicale et dans nos salles de concert ! 

 

L’obtention du premier prix musical de la Fondation Royaumont et de l’Ambassadeur de Suisse en France en 2013 consacre mon travail sur la musique française de cette époque. Je donne à cette occasion un concert de sonates en trio aux Invalides à Paris avec des œuvres des compositeurs Onslow, Verbes, Steibelt et Ladurner. Je continue à partager cette musique dans différents cadres : le festival Oude Muziek d’Utrecht, le Bach Festival de Dordrecht, au Fritz William Museum de Cambridge, au Musée de la Musique de Paris ou encore au Musée d’Art et d’Histoire de Genève.

 

Improvisation et passerelles

L’improvisation est une pratique courante depuis l’époque baroque, quelque peu perdue dans le monde classique au XXème siècle et qui revient de plus en plus au goût du jour. J’explore cette dimension depuis l'âge de 15 ans, lorsque je suis entrée  au département de jazz du CRR de Perpignan.

Ma participation aux formations transculturelles à L’Abbaye de Royaumont avec Fabrizio Cassol, Magic Malik, Joelle Léandre ou dans le répertoire classique/baroque avec Aline Zylberajch et Menno van Delft a été déterminante pour mon parcours artistique. Ces expériences riches de rencontres, interactions entre différents mondes musicaux et musiciens pour un résultat de ‘’Musique’’ m’ont fascinée et ouvert des horizons de décloisonnements.

C’est le déclencheur de mon désir de créer des ensembles fusionnant tous les courants qui façonne mon langage musical : classique, jazz, et musique ancienne. J’ai ainsi fondé en 2016 le Collectif Trytone, projet qui fait voyager entre ces 3 sphères musicales.

 

J’aime également inclure le piano-forte dans ces projets et utiliser les couleurs et effets originaux de l’instrument notamment grâce à ses registres (pédales).

 

Ma rencontre avec Amir El Saffar à Royaumont puis ma participation en 2018 à l’orchestre des jeunes de méditerranée (Médinea) sous la direction de Fabrizio Cassols en 2018 m’a fait découvrir la musique orientale que j’explore à présent. Le quintet Lalezar est né à la suite de (ma rencontre) mon travail avec la chanteuse turque Gulay Hacer dans ce contexte. Les chants traditionnels de Turquie servent de base à l'interprétation et la créativité du quintette entre musique traditionnelle, jazz, tout en incluant le piano-forte.

© 2016 by Lucie de Saint Vincent all rights reserved

  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • SoundCloud Social Icon